Tennis – Florent Serra , l’ancien numéro 36 mondial qui a porté son nom au poste de capitaine français de la Coupe Davis, a déclaré que la France devait sortir de l’idée de nommer un capitaine qui est un ancien joueur du Top 10 et un Vainqueur de la coupe Davis.

Dans une interview accordée à L’Equipe, Serra a déclaré: “Pendant longtemps, nous avons un système chez nous, et il est difficile de s’en écarter. Il est très spécifique à la France. Nous avons toujours classé le capitaine dans le top 10, qui a remporté la coupe Davis.

Je pense que nous pouvons nous en sortir. Jouer la carte de changement sur ce format changeant de la Coupe Davis est important pour moi. Si Nadal ou Federer doivent avoir des personnes à la présidence qui ont été mieux classées, ils ne vont pas avoir une grande foule.

Le capitaine serbe en 2010 (Bogdan Obradovic), nous ne le connaissons peut-être pas, mais il a la crédibilité de parler à Djokovic. Et regardez Krajan (capitaine actuel de la Croatie). Il était 90ème au monde et cela ne l’empêche pas de gérer Cilic et Coric (7ème et 12ème Mondes).

Je n’ai pas souvent gagné (deux tournois, une finale, 33 apparitions dans les tableaux principaux du Grand Chelem), mais j’ai le respect des autres parce que j’ai souvent joué d’une jambe et demie avec mes problèmes de hanche. Je n’ai pas gagné cette Coupe Davis, mais si un jour nous l’obtenions, ce serait le plus beau trophée de ma carrière! “Serra affirme que l’humilité et le respect sont très importants pour lui.

“Il est nécessaire de rassembler la fédération et les joueurs à mon avis. Nous pourrions avoir nos deux meilleurs joueurs jouant ensemble plus souvent. Nous aurions pu gagner plus de coupes Davis. finale contre les Croates, par exemple.

Les joueurs doivent sentir la présence de l’entraîneur, qu’ils se sentent concernés. Ils doivent savoir que je serai un capitaine humble qui n’a pas un mode de fonctionnement et qui sera capable de s’adapter. L’humilité est importante. C’est l’une de mes qualités.

L’humilité, c’est savoir faire des choix. Avoir le courage d’envoyer un gars parce que c’est lui qui doit partir, même si son style de jeu ne nous ressemble pas. Un autre point important pour moi est le respect. Entre joueurs, avec le capitaine, avec la fédération.

Nous ne serons pas unanimes sur le choix du capitaine. Oui, il est nécessaire de demander leur avis aux joueurs mais, finalement, c’est la fédération qui décide. Et c’est le capitaine qui décide pour son état-major. Pierre Cherret est totalement d’accord avec ça.

Et je suis très content! Je veux apporter une neutralité au personnel. Sinon, nous ne pouvons pas travailler. Si la physio passe sur le circuit avec un gars, si ce gars joue un autre français, c’est compliqué ” Aussi” lire rohan bopanna dit qu est de nouveau en forme>

Share This